Techniques de base ; Brisures et décalages.

Après avoir débuté en lisant les classiques de la manipulation de cartes en anglais il y des années, j’ai découvert le vocabulaire français beaucoup plus récemment, principalement grâce à Giobbi. Dans ma lutte sans merci contre les anglicismes qui jonchent les routes du cartomagicien, j’ai parfois du mal à m’habituer au vocabulaire français, mais je persévère ! Il est vrai qu’il est souvent plus long à écrire que son équivalent anglais et me force à utiliser des périphrases un peu longuettes pour rester compréhensible et logique, mais ce ne sont pas, à mon avis, des raisons suffisantes pour se rabattre sur le vocabulaire anglais (résistance !).

Je vais aujourd’hui parler de trois techniques distinctes, la brisure (break), le décalage de carte ou saillie (jog) et le décalage de paquet (step). Vous comprenez ce que je voulais dire en introduction… Ces trois techniques peuvent servir exactement à la même chose, c’est-à-dire marquer un emplacement dans un paquet de cartes, pour être capable de le retrouver ensuite pour marquer l’emplacement de la carte que l’on va forcer par exemple. La brisure est totalement invisible pour le spectateur, alors que les décalages peuvent l’être (volontairement ou non). C’est entre autres parce qu’elles peuvent servir exactement à la même chose que j’ai choisi de regrouper ces techniques, mais aussi pour leur simplicité et surtout le fait qu’elles sont indispensables à d’innombrables autres mouvements.

Un défaut récurent chez les novices est de vouloir apprendre le plus de mouvements possible, le plus de « tours » possible, le plus rapidement possible. Il est beaucoup plus profitable d’apprendre quelques mouvements et de les maîtriser parfaitement. La brisure ou les décalages ne sont pas des techniques complexes à maîtriser (technique est même un bien grand mot pour désigner ces mouvements), mais ce sont des prérequis pour la plupart des contrôles de cartes, pour les levées doubles, les sauts de coupes ou encore les faux mélanges. Rappelez-vous que les mouvements de base sont les plus utiles, en plus d’être souvent très simples et sous-exploités, même par certains magiciens professionnels.

La brisure (Break) :

Brisure en position de la donne

Brisure en position de la donne

Une brisure est une séparation dans le paquet : en position de la donne elle est maintenue par la chair (pulpe) de la dernière phalange de l’auriculaire, tandis qu’en position de la coupe (Biddle) on utilise le pouce. La ou les cartes au-dessus de la brisure doivent rester parfaitement horizontales, la position de l’auriculaire ne doit pas faire remonter le coin du paquet dans une position non naturelle. En position de la donne, idéalement l’auriculaire qui maintient la brisure dépasse à l’arrière du paquet, le majeur et l’annulaire couvrent la tranche longue pour rendre la brisure invisible, même pour les spectateurs se trouvant sur le côté. Sur la face avant du paquet, la brisure doit être invisible (ce qui est plus difficile avec un paquet parfaitement neuf) une légère pression du pouce sur le dos du jeu peut aider à la dissimuler.

Brisure en position de la coupe (main droite)

Brisure en position de la coupe (main droite)

Il existe une variante pour maintenir une brisure en position de la coupe, mais uniquement en position fermée (Biddle fermé ou closed end grip), il s’agit de la brisure Erdnase (Erdnase Break). À la place du pouce, on utilise simplement l’auriculaire de la main droite. La position est légèrement plus complexe à tenir, mais elle est aussi plus discrète puisqu’il n’y a pas d’espace visible au niveau du pouce.

Brisure Erdnase en position de la coupe fermé

Brisure Erdnase en position de la coupe fermé

Une autre variante est la brisure grecque (greek break) en position de la donne. Ici la brisure est maintenue par la chair à la base du pouce. Il s’agit d’une position utilisée dans certains mouvements avancés, c’est une position de transition, on ne reste pas longtemps avec une brisure grecque en main.

Brisure grecque (greek break) en position de la donne

Brisure grecque (greek break) en position de la donne

On transfère naturellement une brisure maintenue avec l’auriculaire en une brisure maintenue avec le pouce lorsqu’on passe le paquet d’une main à l’autre. Cela parait évident, mais transférer un paquet de la main droite à la main gauche est une action simple, et elle ne doit pas être différente que l’on maintienne une brisure ou non. Il n’y a rien de complexe dans cette action, mais avoir une position Biddle précise (dans le placement du pouce en particulier) rend le transfert plus naturel et permet de dissimuler la brisure en main droite de manière plus efficace. Suivant la position des spectateurs, on peut opter pour une position Bidlle ouverte ou fermée pour couvrir les angles et utiliser une pression douce de l’index sur le dessus du paquet et une inclinaison très légère de la main. Quelle que soit la brisure, maintenir le paquet avec un discret biseau de la tranche longue permet une dissimulation plus efficace.

Tranche du jeu en biseau pour masquer une brisure

Tranche du jeu en biseau pour masquer une brisure (de l’autre côté)

Une brisure sous une ou deux cartes se trouvant au-dessus du paquet, ou bien au-dessus d’une carte située en-dessous du paquet sont les situations les plus courantes et les plus susceptibles d’être visibles par les spectateurs, surveillez donc vos angles lors de l’entrainement pour être sûr de vos mouvements lors d’une performance réelle ; vérifier votre prise et tenter de corriger votre position en performance est le plus sûr moyen de vous trahir.

Tous les magiciens amateurs savent ce qu’est une brisure, plus rares sont ceux qui ont réellement travaillé les moyens discrets de « prendre » une brisure, c’est-à-dire obtenir une brisure au bon endroit sans passer plusieurs secondes à (soi-disant) égaliser le paquet pour placer leurs doigts correctement. Je ne vais pas détailler comment prendre une brisure en coupant le paquet, il suffit de placer son auriculaire entre les cartes et d’ajuster sa position en égalisant le paquet. Je dois par contre parler de la boucle (buckle), la principale technique utilisée pour prendre une brisure au-dessus d’une ou deux cartes se trouvant sous le paquet. L’action en elle-même n’est pas difficile, mais elle est souvent pas très discrète.

Boucle : mauvaise position. (vue du spectateur)

Boucle : mauvaise position. (vue du spectateur)

Une boucle consiste à utiliser une pression de l’index pour créer un espace entre le paquet et la (ou les) dernière carte. En position de la donne, on vient placer le pouce sur le paquet et l’index le long de la tranche courte inférieure, on replie ensuite l’index en maintenant une pression sous le paquet pour courber la (ou les) dernière cartes, à l’arrière du paquet un large espace se crée naturellement, permettant de prendre facilement une brisure avec l’auriculaire au-dessus d’une ou plusieurs cartes et ensuite reprendre une position standard de la donne en repositionnant l’index et le pouce.

Boucle : espace créé par le mouvement (vue du manipulateur)

Boucle : espace créé par le mouvement (vue du manipulateur)

Boucle : bonne position. (vue du spectateur)

Boucle : bonne position. (vue du spectateur)

Quelques conseils : Incliner la main vers l’avant et garder les deux premières phalanges de l’index au contact de la tranche courte avant du paquet pendant le mouvement permet de le dissimuler, le mouvement peut aussi être effectué pendant un mouvement plus large du bras (en utilisant le sacro-saint principe qu’un mouvement ample rend invisible un petit mouvement). Entrainez-vous à prendre votre brisure pendant que vous parler d’autre chose avec vos spectateurs, et pas quand vous amenez le paquet de cartes devant vous pour commencer votre « routine ».

À deux mains :
Prendre une brisure pendant un changement de main :

Un méthode pratique pour prendre une brisure est de le faire durant un changement de main. Idéalement vous devez avoir une raison de changer le paquet de main, par exemple chercher votre marqueur dans une poche pour faire signer une carte, ou tout autre motif qui soit logique par rapport à votre boniment. Pour prendre une brisure en changeant de main, la main droite vient saisir le paquet en position de la coupe (position Biddle), le joint extérieur du pouce prend contact avec la partie supérieure du paquet tandis que la main gauche s’incline légèrement de manière à créer un espace à l’arrière du paquet. Dans cette position on peut rapidement relâcher quelques cartes pour ne conserver que le nombre voulu de cartes en contact avec le joint extérieur du pouce, ensuite la dernière phalange du pouce contacte le reste du paquet pour le maintenir en position de la coupe. L’intégralité du mouvement doit être rapide, mais sans précipitation pour ne pas troubler le rythme du changement de main. Si le paquet débute en position de la coupe, c’est plus simple encore puisqu’il suffit de relâcher la partie inférieure du paquet en position de la donne pour prendre une brisure.

Transfert de brisure d'une main à l'autre.

Transfert de brisure d’une main à l’autre.

Prendre une brisure en égalisant le paquet :
La main droite vient égaliser le paquet tenu en position de la donne, en faisant glisser le pouce de la main droite de la gauche vers la droite le long de la tranche courte intérieure du paquet, on maintient le haut du paquet en position et on relâche les cartes en-dessous pour créer la brisure. Sous le couvert de l’égalisation, le mouvement doit être rapide et discret, la main droite de doit pas donner l’impression de soulever des cartes.
Quelques conseils : Il est plus discret et efficace d’abaisser le jeu sous la brisure plutôt que de soulever les cartes au dessus de la brisure de manière à maintenir horizontales les cartes du dessus qui sont visibles des spectateurs (on voit trop souvent exactement l’inverse).

Prendre une brisure en abaissant la main en position de la donne

Prendre une brisure en abaissant la main en position de la donne et non l’inverse !

Prendre une brisure en refermant un étalement en main :

Saillie arrière avec l'auriculaire pour prendre une brisure en refermant un  éventail.

Saillie arrière avec l’auriculaire pour prendre une brisure en refermant un éventail. (vue du spectateur)

Une méthode classique pour prendre une brisure au-dessus des X cartes inférieures du paquet est de faire une saillie intérieure (in jog) de la carte sous laquelle vous voulez prendre une brisure avec votre auriculaire pendant un étalement en main. Une fois l’étalement refermé, vous utilisez votre pouce pour créer un espace et prendre la brisure pendant l’égalisation.

À une main :
Prendre une brisure sous la (ou les) première carte du paquet :

Cette méthode est visible et doit être utilisée de concert avec une distraction (léger détournement d’attention) ; en position de la donne, poussez avec le pouce la ou les premières cartes vers la droite, et remettez-la (les) en place avec le majeur et l’annulaire tandis que l’auriculaire prend la brisure. De manière similaire, il est possible de pousser la carte vers l’avant avec le pouce, et la remettre en place avec l’index pendant que l’auriculaire prend la brisure. Ces méthodes fonctionnent bien avec une ou deux cartes, c’est plus difficile pour prendre une brisure sous un plus grand nombre de cartes. Il est aussi possible de prendre une brisure très rapidement sous une carte qui vient d’être replacée sur le dessus du paquet avec une simple pression du pouce dans le coin supérieur gauche et une légère courbure du paquet (grâce à un maintien relativement ferme en position de la donne).

Les méthodes avec comptage (position de la donne) :

Comptage du pouce pour prendre une brisure sous un nombre de cartes.

Comptage du pouce pour prendre une brisure sous un nombre de cartes.

Il est possible de faire un comptage au pouce du nombre de cartes souhaité : insérez une partie de la pulpe de l’index en-dessous, puis appuyez avec le pouce sur le dos de la carte dans le coin supérieur gauche (celui où l’on compte), cela a pour conséquence de soulever le coin intérieur droit, permettant de prendre la brisure avec l’auriculaire.  Évitez d’utiliser cette méthode sous les yeux du spectateur, avec l’habitude vous serez capable de faire cela très rapidement, et un léger détournement d’attention vous suffira pour compter X cartes et prendre votre brisure.
Quelques conseils : L’intérêt des méthodes à une main est que vous pouvez utiliser l’autre main pour faire autre chose, par exemple prenez votre brisure au moment où vous reprenez une carte ou un marqueur des mains du spectateur (ou un autre détournement d’attention).

Comptage auriculaire en position de la donne pour prendre une brisure.

Comptage auriculaire en position de la donne pour prendre une brisure.

Ma méthode préférée, et je pense la plus discrète, est en utilisant un comptage à l’auriculaire. Maintenez les cartes fermement (sans vous crisper) et appliquez une pression avec le pouce sur le dos des cartes dans le coin supérieur gauche, utilisez ensuite votre auriculaire pour compter les cartes dans le coin intérieur droit et prendre votre brisure. Il n’y a aucun mouvement vers l’avant ou l’arrière des cartes supérieures et la position du pouce sur le dessus du paquet est naturelle. Il vous faudra par contre un peu entraînement pour avoir assez de force et de contrôle de votre auriculaire.
Quelques conseils : Quel que soit le type de prise de brisure que vous utilisez, pivoter votre poignet pour tenir votre paquet a 90°, ou même à l’envers est un moyen facile de dissimuler le mouvement. Cette rotation du poignet appelé wrist kill en anglais consiste à tenir le paquet à l’envers et peut aussi servir à dissimuler une carte face visible en haut du paquet. Maintenir les cartes avec un biseau sur la tranche longue facilite grandement le mouvement.

Le décalage de cartes, ou saillie (Jog) :
Cela consiste, comme son nom l’indique à décaler une carte pour la faire dépasser du paquet, très légèrement pour marquer un emplacement à l’insu des spectateurs ou de manière bien visible pour sélectionner des cartes ou bien insérer plusieurs cartes sélectionnées en différentes positions dans le paquet. Une saillie discrète permet de poser le paquet sur la table tout en conservant un emplacement marqué que l’on pourra récupérer en reprenant le paquet.

Paquet posé sur la table avec saillie

Paquet posé sur la table avec saillie.

Saillie interne en position de la donne

Saillie interne en position de la donne (exagéré pour la lisibilité)

On parle de décalage ou saillie arrière (in jog) quand on fait dépasser la carte du coté de la petite tranche intérieure, de décalage ou saillie latéral(e) (side jog) si on fait dépasser la carte sur le coté (par la tranche longue du paquet) ou encore de décalage ou saillie avant (out jog) pour les cartes dépassant de la petite tranche extérieure (ou avant).

Éventail avec deux cartes en saillie avant.

Éventail avec deux cartes présenté en saillie avant.

Cette dernière méthode (saillie avant) est celle que l’on utilise de manière visible, elle n’est pas sensée être dissimulée au spectateur, au contraire on l’utilise pour insister sur le fait que l’on replace des cartes à différents endroits du paquet, ou quand on met en évidence des cartes que l’on a choisies.
L’utilisation la plus commune de la saillie arrière (in jog) est de décaler la carte au-dessus de laquelle vous voulez prendre une brisure, (méthode expliquée précédemment dans cet article), c’est d’ailleurs avec cette technique que l’on peut contrôler une carte lors d’un mélange (français ou indien) ou effectuer un faux mélange. (Les articles sur les faux mélanges et les contrôles détailleront les procédés du point de vue pratique.)

La saillie avant dans l'angle permet de manipuler le reste des cartes facilement.

La saillie avant dans l’angle permet de manipuler les autres cartes facilement.

Le décalage de paquet (Step) :

Décalage de paquet (step)

Décalage de paquet (step)

Le décalage de paquet est un moyen simple de pouvoir poser le paquet sur la table tout en conservant un emplacement marqué, par exemple pour récupérer ensuite une brisure, ou indiquer à un complice tricheur l’emplacement où il doit couper le jeu lors d’une partie de poker.
On parle de décalage d’angle (angle step) quand le paquet supérieur est positionné avec un léger angle par rapport au paquet inférieur, de décalage de paquet latéral (side step) si le paquet supérieur est légèrement à droite ou à gauche du paquet inférieur, ou de décalage de paquet (step) si le paquet supérieur est décalé vers l’avant par rapport au paquet inférieur. Le meilleur décalage est un peu des trois simultanément. Le décalage peut être fait au moment où l’on transfère le paquet en position de la donne vers la main droite pour le poser sur la table (de la même manière que l’on prendrait une brisure, ou en utilisant une brisure existante),  ou quand on pose le second paquet lors d’une coupe sur la table. Il peut aussi être fait à une main (en position de la donne) en ayant une brisure, une pression du pouce sur le côté du paquet en relâchant les autres doigts permet de faire pivoter ou décaler la partie supérieure du paquet.
Quelques conseils : Un paquet parfaitement égalisé rend le décalage plus visible, à éviter ! On peut même jouer là-dessus à l’extrême et finir une coupe sur la table de manière volontairement brouillonne pour créer un décalage très visible, mais qui paradoxalement attirera moins l’attention (en accord avec votre boniment ou personnage).

Le prochain article technique aura pour sujet les différentes manières d’effectuer une coupe.

3 commentaires sur “Techniques de base ; Brisures et décalages.

  1. Vial david dit :

    Il n y a pas de critique a faire par rapport a ce que tu as écrit , je connais déja la plupart de ces techniques mais malheureusement comme tu l as dit : le débutant veux tout manger d’un coup . Pour faire simple j’ ai commencer a les apprendre mais je ne les aient pas fait en détails une par une . Mais il va falloir car je stagne😦
    Magicalement ….😉

  2. TEXIER dit :

    Je suis débutant donc prenez mon commentaire avec indulgence.
    j’ai acquis le dvd de Dominique Duvivier (niveau1) et dans ces manipulations il conseille de faire la boucle avec le majeur pour éviter que cela ce voit. Qu’en pensez vous. pour un débutant je trouve que ça demande une bonne gymnastique pour le faire vite …Mais le résultat est vraiment invisible.
    magicalement

    • C’est une très bonne remarque, Il est possible de faire une boucle avec « presque » n’importe quel doigt. En réalité personnellement j’utilise plus souvent l’auriculaire directement, faisant une sorte de mélange entre un « pinky pull down » et une boucle.
      Je suis très loin d’avoir l’expérience et la pratique de D.Duvivier, ses conseils sont forcément intéressant et justifié.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s