Technique de base : Le glissement

Le glissement (glide) est un mouvement très simple et extrêmement pratique puisqu’il permet par exemple, de contrôler directement une sélection faite par un spectateur, d’effectuer un forçage (force), un remplacement (switch) ou encore d’être utilisé pour avoir un aperçu d’une carte (glimpse), tout ça avec un seule technique ! Elle est tellement simple que beaucoup de cartomanes oublient de l’utiliser et ont recourt à des méthodes plus difficiles pour obtenir le même résultat.

Le principe de base du glissement est, comme son nom le laisse supposer, de faire glisser une carte à l’insu des spectateurs. Une particularité de ce mouvement est qu’il s’utilise en position de la donne avec le paquet à l’envers et une rotation à 180° du poignet (wrist kill), ou en position de la coupe fermée/couverte (closed end/Biddle grip), sur les cartes du dessous du paquet. Deux points qui expliquent en partie la sous-utilisation du mouvement, ce n’est pas courant de distribuer à partir du dessous du paquet et la position de maintien du paquet pour effectuer le mouvement est inhabituel. Pourtant, la facilité du mouvement et ce qu’il rend possible devrait nous motiver à inventer des routines originales dans lesquelles le boniment et l’enchainement des mouvements justifieraient logiquement cette action.
Si on réfléchit au mouvement d’une manière pragmatique, un glissement effectué sur le dessus du paquet existe, il s’agit de la donne en second (second deal) un mouvement qui lui, nécessite beaucoup de pratique pour être invisible. Le glissement est le même mouvement, mais en dessous du paquet, donc naturellement discret.

Glissement en main gauche (position de la donne, main retournée) :

Glissement en position de la donne : la carte est décalé avec les dernières phalanges

Glissement en position de la donne : la carte est décalée avec les dernières phalanges pendant le retournement.

Lire la suite

Distribution et projection de cartes.

Un petit point rapide sur la distribution et la « projection » de cartes. Autant la distribution est simple avec quelques subtilités souvent mises à profit dans les tours automatiques ou mathématiques, autant les techniques de projection de cartes sont variées et vont du basique aux mouvements vraiment difficiles à maîtriser. (Des mouvements qui nécessitent un coup de main que l’on ne peut acquérir qu’avec de la pratique; « nacky move » en anglais.)

La distribution de cartes, ou donne :

La donne standard (standard deal) est simplement le fait de prendre les carte une à une du dessus du paquet et de les poser sur la table, soit devant les participants pour un jeu de cartes, soit en pile unique pour certaines routines mathématiques, sachant que distribuer entièrement un paquet en une pile inverse l’ordre des cartes. Par exemple, si l’on connait la première carte du paquet, imaginons l’As de pique, on sait qu’en distribuant 9 cartes et en les replaçant ensuite sur le dessus du paquet on peut épeler le nom de la carte en question pour tomber dessus sur la dernière lettre (car « as de pique » s’épelle en 9 lettres). Il s’agit d’un principe extrêmement simple utilisé dans de nombreuses routines automatiques.

La donne face visible (Stud deal, du nom d’un type de poker dans lequel les cartes sont en majorité distribuées aux joueurs faces visibles) La donne face visible conserve l’ordre des cartes quand on les remet sur le dessus du paquet face cachée. Cela aussi peut être utilisé pour montrer des cartes sans changer l’ordre d’un bloc préparé à l’avance.

La donne en bloc (Group deal) consiste à séparer d’un mouvement des blocs de cartes plutôt que des cartes une à une. C’est en quelque sorte une coupe multiple, et si l’on replace les blocs dans l’ordre, c’est une fausse coupe.  Par exemple, une donne en bloc face visible, réalisée de manière brouillonne peut sembler mélanger les cartes alors qu’elles restent exactement dans le même ordre.

(vidéo en fin d’article) Lire la suite

Échauffements et exercices de coordination et de musculation des doigts / mains.

« Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. »
Arthur Ashe  (1943-1993) Champion de tennis.

J’ai déjà succinctement abordé le sujet dans l’article « matériel d’entraînement et conseils pratiques« , pour compléter, voici une courte vidéo compilant une série d’exercices d’échauffement, de coordination et de musculation des mains. J’ai laissé de coté les massages des mains, mais ils ne sont pas à négliger pour autant, avant ou après une séance d’entrainement, quel que soit votre age, il vous permettront de détendre vos mains après des heures de pratique.