Technique de base : Le glissement

Le glissement (glide) est un mouvement très simple et extrêmement pratique puisqu’il permet par exemple, de contrôler directement une sélection faite par un spectateur, d’effectuer un forçage (force), un remplacement (switch) ou encore d’être utilisé pour avoir un aperçu d’une carte (glimpse), tout ça avec un seule technique ! Elle est tellement simple que beaucoup de cartomanes oublient de l’utiliser et ont recourt à des méthodes plus difficiles pour obtenir le même résultat.

Le principe de base du glissement est, comme son nom le laisse supposer, de faire glisser une carte à l’insu des spectateurs. Une particularité de ce mouvement est qu’il s’utilise en position de la donne avec le paquet à l’envers et une rotation à 180° du poignet (wrist kill), ou en position de la coupe fermée/couverte (closed end/Biddle grip), sur les cartes du dessous du paquet. Deux points qui expliquent en partie la sous-utilisation du mouvement, ce n’est pas courant de distribuer à partir du dessous du paquet et la position de maintien du paquet pour effectuer le mouvement est inhabituel. Pourtant, la facilité du mouvement et ce qu’il rend possible devrait nous motiver à inventer des routines originales dans lesquelles le boniment et l’enchainement des mouvements justifieraient logiquement cette action.
Si on réfléchit au mouvement d’une manière pragmatique, un glissement effectué sur le dessus du paquet existe, il s’agit de la donne en second (second deal) un mouvement qui lui, nécessite beaucoup de pratique pour être invisible. Le glissement est le même mouvement, mais en dessous du paquet, donc naturellement discret.

Glissement en main gauche (position de la donne, main retournée) :

Glissement en position de la donne : la carte est décalé avec les dernières phalanges

Glissement en position de la donne : la carte est décalée avec les dernières phalanges pendant le retournement.

Le paquet est tenu à l’envers, en position de la donne modifiée, montrant la première carte (le 9 de pique sur la photo ci-dessus). On retourne la main et dans le mouvement (un grand mouvement masquant un mouvement plus petit) on fait glisser la première carte avec les dernières phalanges de l’auriculaire, annulaire et majeur, de manière à pouvoir distribuer la suivante.  (photo ci-dessous) On vient de réaliser un remplacement (switch), c’est-à-dire qu’on pose sur la table une carte que le spectateur pense être le 9 de pique alors qu’il s’agit d’une carte indifférente, le neuf étant toujours sur le dessous du paquet.

glissement : action de prendre la carte en seconde position a partir du dessous.

glissement : action de prendre la carte en seconde position a partir du dessous.

Pour le spectateur, on a simplement retourné le paquet et distribué la carte. En connaissant la dernière carte du paquet, on peut réaliser un forçage grâce au glissement en distribuant à partir du dessous et en demandant au spectateur de dire « stop » quand il le souhaite. Si il dit stop alors qu’on est en train de faire prendre la carte avec l’autre main, il suffit de la remettre en place  et d’aligner la dernière carte avec l’auriculaire. Cela peut permettre par exemple de forcer une carte avec un dos différent se situant sur le dessous du paquet au début de la routine. En tenant le paquet à l’endroit, il est possible d’un mouvement de faire glisser la première carte de manière à avoir un aperçu (glimpse) de son index et ainsi de savoir quelel est la première carte du paquet.

glissement : vue du spectateur

glissement en position de la donne (avec la main retournée) : vue du spectateur

Glissement en main droite (position de la coupe fermée/couverte) :

glissement en position de la coupe : les dernières phalanges de la main décale la carte.

glissement en position de la coupe : les dernières phalanges de la main décale la carte.

Le glissement en position de la coupe est plus naturel que la variante en position de la donne. On utilise une position assez profonde, pour que les dernières phalanges puissent faire glisser la carte sur le coté.

Glissement en position de la coupe : vue du spectateur

Glissement en position de la coupe : vue du manipulateur

Bernard Billis, grand magicien, mais pas forcément le manipulateur de cartes le plus impressionnant techniquement, utilise intelligemment le glissement, par exemple dans son tour « gag » Les As en Rois (des centaines de performances plus ou moins réussies existent sur YT)
Note : je ne critique pas B. Billis en tant que magicien, je constate juste qu’il met, à raison, l’accent sur d’autres éléments que la dextérité et les manipulations complexes, les novices devraient s’en inspirer en priorité, plutôt que de tenter de reproduire les manipulations les plus complexes de Dan&Dave ou G. Hollingworth.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s