Techniques de base ; Levée double et retournement double.

« La levée double est un mouvement par lequel deux cartes sont prises et montrées comme une seule. »
La première source expliquant ce concept se trouve à la page 141 de « The Merry Companion » (Delights for the Ingenious) écrit par Richard Neve en 1716 sous le titre « feindre le changement de la carte du dessus par une autre. » – Genii Magicpedia

Depuis des ouvrages(ou dvd) complets ont été consacré à ce mouvement, la levée double, un indispensable qui rend possible la plupart des miracles réalisables avec un paquet de cartes. Mais pour être exact, il faudrait différencier la levée double (double lift) du retournement double (double turnover, attribué à Dai Vernon, sans doute à tort). Bien peu de sources d’instructions de cartomagie font cette différence pourtant importante, surtout pour les novices.
Une levée double est en effet bien plus simple qu’un retournement double puisque les cartes « soulevées » ne quittent pas la main qui les maintient ensemble, alors que pour un retournement, on pose les cartes sur le dessus du jeu, et il faut à nouveau les saisir ensemble pour les remettre dans la position initiale. Il est naturellement conseillé de commencer par présenter des tours utilisant des levées doubles avant de se lancer dans ceux utilisant des retournements doubles, il y a logiquement moins de risque de commettre une erreur.

Ces techniques, sans gestion de l’attention, s’usent rapidement aux yeux du spectateur. Ce que je veux dire, la plupart des magiciens amateurs en font l’expérience un jour ou l’autre, ils utilisent souvent des retournements doubles au cours d’une présentation de magie et le public commence à sentir le « truc » et comprendre ce qui se passe. Le premier conseil, outre d’avoir une levée double parfaite, est de ne pas regarder et crisper ses mains avant, durant et après une levée double (enfin si, regardez après !). J’en parlerais plus en détail dans un article sur la gestion de l’attention; votre regard dirige le regard de votre public.  Vous risquez de ruiner ainsi vous même tout l’effet magique recherché si vous surveillez trop vos mains, ou simplement si vous avez négligé de travailler et comprendre pleinement un des mouvements les plus indispensables de la cartomagie. Bien évidement, il n’est pas utile de connaître parfaitement toutes les méthodes de levée double ou retournement double, mais choisir la plus adaptée à la situation est important, on utilise pas la même levée double pour montrer une carte à un spectateur seul, à un groupe, ou une salle entière, et certaines techniques iront mieux dans certaines routines que d’autres.

Souvenez-vous que l’important est que le mouvement de votre retournement ou levée double soit le plus possible similaire au mouvement que vous utilisiez pour retourner ou soulever une seule carte.
Je ne reviendrais pas ici sur les méthodes pour prendre une brisure, les articles sur la brisure et sur les contrôles abordant déjà amplement le sujet. Lire la suite

Techniques de base : les contrôles.

Le pouvoir sans contrôle rend fou. (Alain)
La confiance n’exclut par le contrôle (Lénine)
J’ai un contrôle de math lundi (mon neveu)

éventail de carte

Éventail sur table

Effectuer un contrôle, une expression regroupant une infinité de techniques, et un mot utilisé dans beaucoup trop d’expressions. En cartomagie, un contrôle consiste à déplacer une ou plusieurs cartes vers un endroit déterminé, usuellement le dessus ou le dessous du paquet, mais vous pouvez aussi vouloir pour certaines manipulations contrôler une carte en troisième position à partir du dessus, ou tout autre emplacement précis dans un paquet. Il existe bien trop de méthodes de contrôle des cartes pour les aborder toutes dans cet article, mais je vais répertorier les plus classiques ainsi que mes favorites.

Il n’est pas indispensable de connaitre tous les contrôles possibles, mais il est crucial de choisir le contrôle le plus adapté à la routine, c’est-à-dire celui qui s’intègre le mieux avec le reste des mouvements, conservant la fluidité et la logique de l’ensemble. De nombreux contrôles nécessitent de maintenir / prendre une brisure, par exemple au moment où l’on replace une carte choisie par le spectateur dans le paquet. Je parlerai donc aussi en introduction de quelques méthodes permettant de prendre une brisure au moment voulu. Je vous invite à lire l’article sur le sujet si vous ne l’avez pas déjà fait. (Vraiment, vous devriez !)

Avant propos : Un contrôle peut se résumer à faire un saut de coupe, ou simplement une succession de mélanges français, la technique en elle-même peut varier mais au final l’action est toujours de contrôler une (ou plusieurs) carte(s). Certains contrôles sont difficiles à réaliser, d’autres bien plus simples, mais souvent plus longs et moins discrets. On différencie les contrôles des mises en ordre de donne (stacking) qui sont utilisées dans les routines de triches par exemple. Les mises en ordre consistent le plus souvent à espacer de manière régulière une main prédéfinie (un nombre X de carte)  de manière à les obtenir à la suite d’une distribution classique (par exemple, si je veux obtenir les quatre As, et qu’il y a 6 joueurs a la table, je place 5 cartes entre chaque As). Lire la suite