Techniques de base : les contrôles.

Le pouvoir sans contrôle rend fou. (Alain)
La confiance n’exclut par le contrôle (Lénine)
J’ai un contrôle de math lundi (mon neveu)

éventail de carte

Éventail sur table

Effectuer un contrôle, une expression regroupant une infinité de techniques, et un mot utilisé dans beaucoup trop d’expressions. En cartomagie, un contrôle consiste à déplacer une ou plusieurs cartes vers un endroit déterminé, usuellement le dessus ou le dessous du paquet, mais vous pouvez aussi vouloir pour certaines manipulations contrôler une carte en troisième position à partir du dessus, ou tout autre emplacement précis dans un paquet. Il existe bien trop de méthodes de contrôle des cartes pour les aborder toutes dans cet article, mais je vais répertorier les plus classiques ainsi que mes favorites.

Il n’est pas indispensable de connaitre tous les contrôles possibles, mais il est crucial de choisir le contrôle le plus adapté à la routine, c’est-à-dire celui qui s’intègre le mieux avec le reste des mouvements, conservant la fluidité et la logique de l’ensemble. De nombreux contrôles nécessitent de maintenir / prendre une brisure, par exemple au moment où l’on replace une carte choisie par le spectateur dans le paquet. Je parlerai donc aussi en introduction de quelques méthodes permettant de prendre une brisure au moment voulu. Je vous invite à lire l’article sur le sujet si vous ne l’avez pas déjà fait. (Vraiment, vous devriez !)

Avant propos : Un contrôle peut se résumer à faire un saut de coupe, ou simplement une succession de mélanges français, la technique en elle-même peut varier mais au final l’action est toujours de contrôler une (ou plusieurs) carte(s). Certains contrôles sont difficiles à réaliser, d’autres bien plus simples, mais souvent plus longs et moins discrets. On différencie les contrôles des mises en ordre de donne (stacking) qui sont utilisées dans les routines de triches par exemple. Les mises en ordre consistent le plus souvent à espacer de manière régulière une main prédéfinie (un nombre X de carte)  de manière à les obtenir à la suite d’une distribution classique (par exemple, si je veux obtenir les quatre As, et qu’il y a 6 joueurs a la table, je place 5 cartes entre chaque As).

Prise de brisure en enfonçant une carte dans le paquet ou dans un éventail :
Il est possible faire un décalage intérieur (in-jog) d’une carte choisie et remise dans un éventail, il suffit de maintenir les cartes relativement serrées quand on insère la carte, le décalage se fait automatiquement en refermant l’éventail. Plus pratique et plus facile à utiliser, on peut aussi obtenir un décalage latéral en remettant une carte dans un paquet par la face avant courte du paquet.

Prise de brisure en insérant une carte par l'avant du paquet.

Prise de brisure en insérant une carte par l’avant du paquet. (Ce n’est pas très visible sur la photo, mais la carte dépasse suffisamment pour prendre une brisure)

Avec un paquet tenu en main gauche (position de la donne) avec le pouce au-dessus du paquet, on exerce une pression sur le coté gauche de la carte, de cette manière elle va dépasser sur la tranche longue droite du paquet, permettant de prendre facilement et rapidement une brisure pour effectuer ensuite un contrôle.    

Décalage automatique (natural jog) :

Paquet en position de la donne après un décalage automatique

Paquet en position de la donne après un décalage automatique

Après une sélection de cartes par un spectateur, séparez le paquet en deux et présentez-lui la moitié en position de la donne (main gauche) pour qu’il repose sa carte dessus. Dans un mouvement vers l’avant de la main droite, laissez tomber l’autre moitié du paquet au-dessus. La dernière carte du paquet supérieur reste automatiquement décalée vers l’intérieur (in-jog) vous permettant de prendre une brisure au-dessus de la sélection en égalisant le paquet. Ce mouvement est simple, naturel et entièrement automatique, utilise-le !

Contrôler une carte au-dessus / au-dessous du paquet :

Double coupe transfert (double undercut) :
La méthode la plus pratique et la première indispensable à maitriser est à mon avis la double coupe transfert (double undercut expliqué dans l’article sur les coupes). Elle permet de déplacer une carte sélectionnée du milieu du paquet vers le dessus ou le dessous, rapidement et discrètement (quand elle est effectuée correctement). Il faut au préalable, maintenir une brisure, au-dessus de la carte pour la transférer sur le dessus du paquet, ou au-dessous de la carte pour la transférer sur le dessous du paquet.
Pour rappel : La main droite tient le paquet en position de la coupe (Biddle), la main gauche saisit un petit bloc de cartes (environ un tiers) du dessous du paquet et s’écarte vers la gauche en transférant le maintien du bloc inférieur vers la pince du pouce. Elle vient ensuite placer ce bloc de cartes au-dessus de celui tenu en main droite, puis recommence en saisissant les cartes du dessus jusqu’à la brisure  et en les plaçant au-dessus pour compléter la coupe.

double coupe transfert

Double coupe transfert

Une variante réalisable avec une table est la « drop cut » ou coupe sur table, on prend successivement des petits blocs de cartes du dessus du paquet et on les pose sur la table, quand on arrive à la brisure, on pose le reste des cartes, une série de coupes simples nous a permis rapidement de contrôler la carte sur le dessus du paquet. On peut, avec une brisure au-dessus de la carte choisie et le même mouvement, contrôler une carte vers le dessous du paquet.

Contrôle « oups! » (Giobbi) :

Giobbi : contrôle oups !

Giobbi, contrôle oups ! : sous prétexte de retourner la carte, coupez la sélection sur le dessus.

Il s’agit d’un contrôle insoupçonnable qui convient bien à un style chaotique rempli d’erreurs volontaires. Le principe est extrêmement simple, il suffit d’avoir une carte retournée au-dessous du paquet (elle sert de carte clef ou « key card »). Après avoir fait choisir une carte, coupez simplement le paquet et faites replacer la sélection, de manière à placer la carte retournée juste au-dessus en complétant la coupe. Vous pouvez ensuite égaliser le paquet sans crainte, et même faire un mélange, tant que vous conservez les deux carte côte-à-côte.  Il vous suffit ensuite, au moment voulu, de laisser voir la carte retournée, et sous prétexte de la remettre dans le bon sens, de couper le paquet pour placer la sélection sur le dessus.  Ce n’est pas un contrôle que vous pouvez faire plusieurs fois d’affilée, mais il peut être très pratique, permettant par exemple de poser le paquet, puisque vous n’avez pas besoin de maintenir une brisure.

Contrôle sous l’étalement (spread cull) :

contrôle sous étalement en main

contrôle sous étalement en main


Ce contrôle est à favoriser après une sélection par étalement en main. Le mouvement de base consiste à tirer vers la droite avec le majeur (le plus souvent) la carte qui a été choisie sous l’étalement de manière à pouvoir simplement la faire passer en-dessous du paquet en le refermant. Un petit ajout vraiment convaincant est de présenter la carte choisie en relevant l’étalement pour montrer les faces des cartes aux spectateurs avec la sélection en décalage extérieur (out-jog) et, au moment où vous rabaissez l’étalement vers sa position d’origine, votre majeur droit tire la sélection vers le bas tandis que votre pouce gauche décale la carte suivante vers l’avant (out-jog).

Échanger la carte décalé vers l'avant (injog) en abaissant l'étalement.

Échanger la carte décalée vers l’avant (in-jog) en abaissant l’étalement.

Visuellement, rien n’a changé pour le spectateur, mais vous pouvez déplacer la carte sélectionnée vers le dessous du paquet tout en laissant décalée (out-jog) la carte suivante pendant que vous refermez l’étalement. Vous pouvez ensuite faire insérer la carte décalée par le spectateur, votre contrôle étant déjà effectué.

Saut de coupe d’une carte du milieu du paquet  (contrôle vers le dessous du paquet) ( Ken Krendzel One-card middle pass) :
Cette technique permet de contrôler une carte du milieu du paquet vers le dessous, elle demande de l’entrainement, mais cela en vaut la peine. Il est possible avec quasiment le même mouvement de retourner la carte pour qu’elle soit à l’envers en-dessous du paquet, et donc à l’envers au milieu du paquet après une coupe. Vous devez avoir une brisure au-dessus de la carte que vous voulez contrôler, en venant avec la main droite saisir le paquet en position de la coupe pour faire une cascade carte par carte (dribble), insérez votre auriculaire plus profondément de manière à pouvoir tirer la carte au moment où vous soulevez le paquet avec la main droite. Il ne doit pas y avoir de pause entre le saut de coupe de la carte et le début de la cascade, la simultanéité des mouvements rend la technique invisible.  

Saut de coupe d'une carte du milieu du paquet

Saut de coupe d’une carte du milieu du paquet avant une cascade (dribble)


TPC ou Tamariz perpendicular control :
Ce contrôle par Juan Tamariz est un mélange entre un « diagonal palm shift »  et la prise de brisure avec décalage latéral expliqué précédemment. Insérez une carte par la face avant courte en appliquant une pression sur la gauche de la carte de manière à faire dépasser très légèrement le coin sur le coté gauche du paquet cette fois-ci. Le pouce de la main gauche prend contact avec le coin de carte qui dépasse, et dans l’action d’égaliser le paquet, il fait pivoter à 90° la carte par rapport au paquet, la main droite couvrant le fait que la carte dépasse de l’autre coté. Enchaînez immédiatement avec un étalement en main, durant le mouvement utilisez l’auriculaire et l’annulaire pour tirer (cull) la carte et la faire pivoter à nouveau. En refermant l’étalement ces mêmes doigts font passer la carte en dessous du paquet (comme pour le contrôle sous l’étalement). Ce mouvement n’a pas besoin d’être rapide, mais de l’entrainement sera indispensable pour qu’il soit fluide.

Tamariz perpendicular control

Tamariz perpendicular control : la carte insérée pivote a 90°

TPC : étalement pour contrôler la carte au dessous du paquet

TPC : étalement pour contrôler la carte au dessous du paquet

Contrôle au bluff (bluff control d’Aaron Fisher)  :
Sans doute l’un de mes favoris, il n’y a rien de compliqué ici,  au contraire, mais il requiert une certaine assurance pour l’effectuer en situation.  Tandis que le spectateur prend connaissance de la carte qu’il vient de sélectionner, égalisez le paquet et gardez seulement une carte en main droite. (le reste du paquet est en position de la donne en main gauche) faites-lui (le spectateur) reposer la carte et posez ensuite la carte en main droite comme si il s’agissait de la moitié du paquet, et voila, vous avez contrôlé la sélection en deuxième position à partir du dessus du paquet. Comme tous les mouvements « bluff » le fait que vous soyez convaincu de ce que vous accomplissez est indispensable à la crédibilité du mouvement pour le spectateur. D’un point de vue technique, les cartes en position de la donne peuvent être maintenues dans une position plus « profonde » donnant l’illusion d’un demi-paquet, de même, la carte unique tenue en main droite (position de la coupe) doit être inclinée et tenue profondément dans la main pour donner l’impression qu’il y a un demi-paquet. Faites suivre le mouvement d’un mélange conservant le bloc supérieur, ou d’une cascade (dribble) par exemple.

Contrôle bluff

Contrôle bluff, agir comme si tout était normal !

Blind shift (pas de nom français à ma connaissance):
Une méthode simple, rapide et visuellement esthétique pour contrôler une carte vers le dessous du paquet. Avec une carte en décalage avant (out-jog) au milieu du paquet en position de la donne, utilisez la main droite pour étaler vers l’arrière les cartes au-dessus de la sélection pendant que votre index gauche pousse vers l’arrière les cartes en-dessous de la sélection. Quand la main droite peut saisir le bloc du dessous dissimulé sous l’étalement, la carte passe toute seule en dessous en refermant l’étalement.

blind shift control

blind shift control (la main droite (absente ici!) maintient le bloc du dessus étalé, et le bloc du dessous)

Contrôler une carte vers n’importe quelle position dans le paquet:

Contrôle avec un mélange français (overhand shuffle control):
Après une sélection (forcée ou non) de carte par un spectateur, commencez un mélange à la française, faites replacer la carte alors que vous avez environ la moitié du paquet dans chaque main, continuez le mélange carte par carte, et faites un décalage intérieur (in-jog) de la quatrième carte (par exemple), et finissez le mélange normalement. Vous pouvez ensuite couper grâce à la carte décalée (jog) et la carte sélectionnée est contrôlée en quatrième position à partir du dessus du paquet.  A partir de cette position, vous pouvez la contrôler où vous voulez.
Si votre sélection était forcée, vous pouvez utiliser le même mouvement pour placer la carte à la position que vous souhaitez, par exemple pour l’épeler.
Giobbi décrit une séquence en montrant les trois premières et dernières cartes du paquet « au cas où le mélange aurait amené votre carte accidentellement au-dessus ou dessous« . Autant le mouvement est intéressant, autant insister sur le mélange me parait contre-productif, supprimer la référence au mélange, en montrant les trois premières cartes et en disant « elle n’est pas là » et « ni là ? » en montrant les trois dernières  me semble plus prudent pour ne pas donner des pistes de compréhension aux spectateurs. Pour amener la carte en première ou dernière position, il vous suffit de commencer un mélange à la française en « carte par carte » et de décaler la quatrième (la carte sélectionnée). une fois le mélange terminé, une simple coupe permet de placer la sélection sur le dessous ou le dessous du paquet.

pelage de cartes

Mélange à la française avec une carte décalée (in-jog)

Les contrôles possibles avec le mélange à la française sont sans limite, ne négligez pas l’entrainement sur ce mélange et les contrôles associés, il vous permettront d’improviser dans n’importe quelle situation, la fluidité indispensable ne s’acquiert que par la pratique. 

Il est plus que probable que je revienne sur le sujet dans des articles entièrement dédiés à un contrôle en particulier, de même que je prévois un article et une vidéo entière consacrée au mélange à la française et à ses possibilités.

3 commentaires sur “Techniques de base : les contrôles.

  1. Très bon article (comme d’habitude). Ca m’a permis de découvrir quelques contrôles qui m’étaient inconnus.

  2. matlopress dit :

    Yep, intéressant… je suggère quand même une vidéo avec chaque contrôle, parce que certains sont complexes à comprendre juste avec une photo !

    • C’est pas faux. tourner les vidéos correctement prend beaucoup plus de temps que d’écrire les articles, j’ai déjà du retard sur la vidéo sur les projections de cartes, ça viendra mais en fonction du temps disponible.
      Si il y a un contrôle en particulier qui semble obscure, je peux toujours t’orienter vers une vidéo de qualité sur ce contrôle si elle existe déjà en ligne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s