Faites chauffer les cartes !

Faites chauffer les cartes !

Non, ce n’est pas un titre à l’humour incertain comme d’habitude, mais plutôt un conseil tout à fait sérieux. J’ai déjà abordé le sujet de l’échauffement et des exercices pour les doigts, mais je n’ai pas vraiment parlé de la préparation des cartes. Et non, ce n’est pas un vrai « article »,  il s’agit d’une simple recommandation, il n’y a pas tant que cela à dire sur le sujet !

Si vous pratiquez la manipulation de cartes, vous avez certainement déjà entendu parler de « cold deck« , littéralement un « jeu froid« , c’est un terme utilisé par les tricheurs pour désigner un jeu de cartes avec un ordre précis, qui va remplacer les cartes avec lesquelles la partie était jouée, à un moment crucial pour maximiser les profits du ou des tricheurs. Si l’expression utilise le mot « cold » (froid) c’est précisément parce qu’un jeu qui a été manipulé durant plusieurs minutes est « chaud », c’est d’ailleurs un moyen de remarquer qu’un remplacement de jeu a été effectué, si les cartes sont « froides » le jeu a été remplacé.

Les cartomagiciens pratiquant la production de cartes (faire apparaitre des quantités improbables de cartes de leurs mains) utilisent parfois une poudre semblable au talc pour préparer les cartes (fanning powder en magasin de magie), ce n’est pas vraiment utile pour la manipulation classique de cartes. Mais pour la magie ou la triche, les manipulateurs de cartes gagnent à préparer les cartes avant l’entrainement ou une présentation. Certains mouvements de pliure ou cornage (bend/crimp) de cartes sont beaucoup plus facilement enlevable avec un jeu « chaud » qu’avec un jeu tout juste sorti de l’étui. De même, les empalmages classiques et l’empalmage du tricheur avec courbure (bend cop) transfèrent la courbure aux cartes empalmées. Avoir un jeu « chaud » vous permettra de faire disparaitre instantanément ce que vous avez fait subir aux cartes, alors qu’un jeu encore froid pourrait être définitivement endommagé par les mêmes mouvements.
On parle alors de « faire un jeu »  (broke into a deck) c’est-à-dire enchainer durant une ou deux minutes (parfois moins, suivant les circonstances) des mouvements qui font « travailler » l’élasticité des cartes, par exemple, accordéon (spring), étalement Lepaul (Lepaul Spread), éventail en pression (pressure fan) à l’endroit et à l’envers. Dans le cas où vous sortez un jeu neuf (scellé) ou celui où vous empruntez un paquet, évitez d’utiliser immédiatement des mouvements appliquant des pressions trop fortes sur les cartes. Prenez le jeu « en main » et faites quelques mouvements tout en parlant, vous permettant de « chauffer » et d’évaluer l’état du jeu dans le cas d’un emprunt. Un jeu particulièrement usé ne permet pas les mêmes mouvements qu’un jeu neuf, certains jeux sont plus glissants que d’autres, il est toujours préférable de savoir ce que vous avez en main avant de choisir une routine à présenter !

Choisissez une carte !

Choisissez une carte !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s